EN
FR

Votive Figure

Retour
Marta Zgierska
V, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 80 cm x 57,2 cm x 3,5 cm
Edition de 5 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
VI, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 80 cm x 57,2 cm x 3,5 cm
Edition de 5 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
VII, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 80 cm x 57,2 cm x 3,5 cm
Edition de 5 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
VIII, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 80 cm x 57,2 cm x 3,5 cm
Edition de 5 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
VI, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 130 cm x 92,9 cm x 4,5 cm
Edition de 3 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
V, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 130 cm x 92,9 cm x 4,5 cm
Edition de 3 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
IV, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 130 cm x 92,9 cm x 4,5 cm
Edition de 3 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
III, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 130 cm x 92,9 cm x 4,5 cm
Edition de 3 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
II, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 130 cm x 92,9 cm x 4,5 cm
Edition de 3 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
1, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 130 cm x 92,9 cm x 4,5 cm
Edition de 3 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
IV, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 80 cm x 57,2 cm x 3,5 cm
Edition de 5 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
III, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 80 cm x 57,2 cm x 3,5 cm
Edition de 5 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
II, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 80 cm x 57,2 cm x 3,5 cm
Edition de 5 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
I, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 80 cm x 57,2 cm x 3,5 cm
Edition de 5 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
VIII, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 130 cm x 92,9 cm x 4,5 cm
Edition de 3 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska
Marta Zgierska
VII, 2019
Votive Figure
Pigment print, Hahnemuhle Photo Rag Pearl, mounted on dibond, wooden oak frame, glass
Encadrement : 130 cm x 92,9 cm x 4,5 cm
Edition de 3 ex + 2 AP
Signé et numéroté
Disponible
© Marta Zgierska

Dans le monde moderne, la beauté est Dieu. Une divinité qui nécessite de fréquents sacrifices. Marta Zgierska produit des figures de cire votives pour implorer la divinité de la rendre belle. En recouvrant son propre corps d'une coquille de cire, elle deviens elle-même une figure votive. Elle sacrifie mon corps à ce nouveau dieu. La couleur de la cire n'est pas décorative en soi, elle est motivée par les produits de beauté utilisés pour décorer le corps, représentation du culte de la beauté. La trace de rouge à lèvres, brillant à travers la couche de cire, marque le point de contact entre le corps vivant et la coquille. Une disposition technologique s'insinuant dans des images délicates et agréables. La beauté du corps est devenue religion et son culte, dans une tournure paradoxale, se propage le mieux à travers la réalité virtuelle, gagnant des millions d'adeptes dans le processus. Pour beaucoup, la représentation d'un corps attrayant et désirable devient la seule poursuite, un mode de vie, un tremplin vers une vie de gloire et de fortune. Le corps et sa beauté sont devenus des marchandises qui peuvent être monétisées. Et inexorablement, nous sommes nous-mêmes devenus une partie de cette réalité particulière, une réalité qui ne peut plus être changée, même par un changement massif de conscience.
En tant que milieu organique, la cire d'abeille a la capacité unique de simuler l'apparence, le toucher et la sensation de la chair humaine. Dès les temps les plus reculés, les artistes et les artisans ont profité de ces qualités pour créer des reproductions réalistes du corps humain en tant qu'objets de dévotion, de commémoration, d'étude scientifique, de divertissement et d'art. Un votif ou un ex-voto était une offrande donnée en exécution d'un v?u ou pour demander la guérison ou la protection. Des offrandes votives étaient placées dans des lieux de culte, dans des sanctuaires ou des églises, pour gagner la faveur ou rendre grâce. Ils pouvaient prendre la forme de reproductions modélisées de parties du corps ou d'organes malades, souvent les moulages de cire commémoraient l'aide spirituelle pour un problème particulier - perte de vue, fertilité, membres arthritiques. Au Moyen Âge, le symbolisme chrétien et la production d'images votives qui soutenaient les rituels de l'église chrétienne sont devenus si courants qu'ils ont créé une industrie. Les figures, les membres et les organes qui tapissent les murs des églises catholiques modernes et qui pendent dans d'autres lieux sacrés du monde contemporain, sont la preuve que les humains ont depuis longtemps instauré leurs relations personnelles avec la divinité en référence à leurs propres corps fragiles.